Barbara Leites et sa passion pour le Va’a !

Barbara Leites tombe amoureuse du Va’a il y a 4 ans lors d’un cours d’essai. 2 ans plus tard, elle décroche sa 1ère médaille d’or et se consacre entièrement au Va’a. Cette année, elle représentera la Californie en Master-V1 aux Championnats du Monde de Va’a – Vitesse.

Est-ce votre premier Championnat du Monde de Va’a ?

Non, j’ai participé pour la première fois à des championnats de vitesse en 2016, en Australie. J’ai gagné la médaille d’or alors que ce n’était que ma troisième course en V1.

Depuis quand pratiquez-vous le Va’a et pourquoi avoir choisi ce sport ?

J’ai commencé par prendre un cours d’essai dans un club local en automne 2014, après avoir pris ma retraite et après que mes enfants aient eu fini l’université. Je suis dès lors, tombée amoureuse de ce sport, j’aime beaucoup l’eau et j’ai eu l’impression d’avoir enfin trouvé le sport qui me convenait… Je me suis immédiatement inscrite dans un club en commençant par faire du V6. Ensuite, je me suis acheté un OC1. Jusqu’à ce que je réussisse à me qualifier pour les Championnats en 2016, je ne savais pas que les courses en V1 existaient.

Est-ce que ce sera votre premier séjour en Polynésie française ? Quelles expériences espérez-vous en tirer ?

En effet, ce sera ma première visite en Polynésie. J’espère pouvoir bien ramer bien sûr, mais j’aimerais aussi pouvoir découvrir la culture et faire la connaissance des locaux et d’autres rameurs.

J’espère pouvoir mieux comprendre comment ces compétitions sont organisées parce qu’en tant que rameuse, je pense qu’on ne se rend pas vraiment compte de l’ampleur de ce genre de manifestation et de tout le travail que cela implique.

Comment et depuis quand vous préparez-vous pour cet évènement ?

Je ne m’arrête jamais de pratiquer et de m’entraîner en salle. L’intensité des entraînements augmente au fur et à mesure que l’événement approche.

Selon vous, quels sont les facteurs essentiels pour progresser dans le Va’a ?

Pour progresser dans le Va’a, il faut d’abord aimer ce sport, ne jamais s’arrêter d’apprendre et par dessus tout il faut prendre au sérieux les critiques et être ouvert d’esprit. Il faut aussi persévérer dans la pratique et dans l’amélioration de ses compétences. Le secret c’est de s’engager à 100% !

Dans quel état d’esprit approchez-vous ces championnats et quelles sont vos attentes ? Buts ?

Je suis excitée et nerveuse pour la compétition. Mon objectif principal est de faire du mieux que je peux.