Le COL en formation avec Tamatoa Perez

Sport – Ce lundi, au Motu d’Arue, une formation sur les bases de l’encadrement va’a était organisée a la demande du Comité Organisateur Local des championnats du monde. Cette formation était notamment destinée aux jeunes CAE, issus des quartiers prioritaires de Pirae, qui auront la tâche de gérer le parc va’a et les activités VAA NO TE ORA du COL.

 

Tamatoa Perez, un formateur d’exception

Les jeunes participants ont eu la chance de recevoir les conseils avisés de Tamatoa Perez, qu’on ne présente plus dans le monde du va’a. Entraîneur de la sélection tahitienne pour RIO 2014, coach de clubs mythiques comme OPT et EDT, il obtient en 2011 son diplôme d’éducateur de Va’a. Un statut qui lui permet d’ouvrir son école de va’a sur le Motu d’Arue et d’y proposer des stages d’initiation et de perfectionnement de cette discipline.

Il exerce sa profession auprès d’un public très diversifié, des écoles primaires, aux adolescent en passant par les para va’a, à qui il transmet avec ferveur sa passion et son savoir-faire. Mais au-delà de la technique, il inculque des valeurs capitales tels que le respect et l’humilité qui lui tiennent extrêmement à cœur.

Tamatoa Perez dédie ainsi une grande partie de sa formation aux bonnes bases, a la sécurité et aux valeurs du vaa.

 

S’adapter à son public

Tamatoa, souligne ainsi l’importance d’adapter son intervention au public avec lequel on travaille. Des enfants aux adolescents, en passant par les « para », le type d’intervention ne sera pas le même. Favoriser la pédagogie pour les tout petits, savoir être rassurant pour les para va’a, amener la compétition tout en restant dans le respect de l’autre pour les adolescents… L’important est d’observer son public, et d’adapter au mieux sa communication mais également l’organisation de la séance notamment en terme de sécurité.

 

Règles de sécurités

« Vous verrez, tout revient à la sécurité » souligne Tamatoa. Très rigoureux lorsqu’il s’agit du bon déroulement des activités nautiques, il insiste tout au long de la formation sur les règles de sécurité. N’hésitant pas à faire de nombreuses simulations pour que les CAE puissent se projeter : que faire en cas de vigilance jaune ou orange ? Comment procéder en cas de dessalage de personnes handicapées ou en surpoids. Aucun détail ne doit échapper a nos futurs animateurs. Des vestiaires au plan d’eau, des numéros d’urgence aux gestes de sécurité. Il s’assure toujours avec rigueur, en y ajoutant la touche d’humour qui le caractérise, que tout soit bien assimilé.

 

Connaitre la pirogue et les rôles de chacun

Quand vient la partie technique, l’attention redouble. La description des différentes parties qui composent une pirogue, est faite en tahitien puis en française. Il en va de même pour les postes de chaque équipage où Tamatoa prend le temps d’expliquer les rôles de chacun et démontre qu’il maîtrise (parfaitement) avec brio sa discipline, et ne peut qu’inspirer de la confiance chez son audience.

 

 

Apres près de 4h de formation les jeunes sont heureux et remercient leur formateur. À travers cette initiative, le Comité Organisateur souhaite offrir à ses membres, des acquis et expériences supplémentaires, qui vont renforcer et valoriser leurs CV et favoriser, à l’avenir, leur insertion professionnelle.

 

 

ATIU Tearai, 29 ans, affectée à la logisitque du Parc à va’a, a pu bénéficier de cette formation :

« C’était enrichissant et très instructif. J’ai vraiment pris connaissance des détails du va’a. Par rapport au type de personne qu’on a en face de nous. Si ce sont des enfants, il faut s’adapter à leur âge, dans la manière de leur parler ou même au niveau de la sécurité. Pareil si ce sont des personnes atteintes d’un handicap, il faut aussi savoir comment s’adapter».

 

TAPETA-MOANAURA Tevaiarii, 28 ans, aussi affecté à la logistique du Parc à Va’a :

« J’ai beaucoup aimé la formation. Le COL nous a déjà fait passé le BAFA A1 option va’a avec Tamatoa en Décembre 2016. Donc j’avais déjà acquis de bonnes bases vis-à-vis du va’a, en plus de ce que je connaissais déjà avant d’intégrer le COL. Il aime plaisanter, mais lorsqu’il s’agit de donner les instructions il est très rigoureux. Il est aussi toujours motivé. Comme il le disait lui même, ça fait 35 ans qu’il est dans le va’a et pourtant il garde toujours le même dynamisme quand il reçoit ses participants. Ces formations sont très enrichissantes pour nous et nous donnent plus d’expériences pour plus tard. Peut-être qu’on deviendra éducateur de va’a un jour. Maururu ».