Bernhard Walzl et sa préparation pour les Championnats

Bernhard Walzl est originaire d’Autriche. Il a déménagé il y a 4 ans pour la Polynésie, où il s’est découvert une passion pour le Va’a. Il se prépare pour ses premiers championnats de vitesse à l’occasion desquels il représentera son pays.

Est-ce votre premier Championnat du Monde de Va’a ?

Oui, ce sont mes premiers Championnats. J’ai entendu parler du 1er Championnat du Monde de Va’a-Distance qui a eu lieu en Juillet dernier à Tahiti et dans la foulée, j’ai aussi appris qu’il y aurait des Championnats de Vitesse l’année suivante.

 Depuis quand pratiquez-vous le Va’a et pourquoi avoir choisi ce sport ?

Je pratique ce sport depuis maintenant trois ans environ. Le Va’a n’est pas un sport répandu dans mon pays d’origine. La forme fuselée du va’a m’a vraiment impressionné. En plus de cela, il te permet de glisser sur l’eau sans faire de bruit.

Est-ce que se sera votre premier séjour en Polynésie française ? Quelles expériences espérez-vous en tirer?

J’espère rencontrer de bons rameurs issus de différents pays pour que l’on puisse échanger sur nos techniques et savoirs faire.

Comment et depuis quand vous préparez-vous pour cet événement ?

J’ai commencé à me préparer dès que mon inscription a été validée en Novembre. Je m’entraine en V1. Depuis plus récemment, je rame en V6 avec des amis. D’ici les Championnats, je pense également faire de la musculation.

Selon vous, quels sont les facteurs essentiels pour progresser en Va’a ?

Selon moi avoir du bon matériel est essentiel pour pouvoir progresser dans la discipline. Il est aussi important de se développer en matière de techniques de rame, avoir les bons gestes ainsi que les savoirs faire.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ces championnats et quelles en sont vos attentes ? Vos objectifs ?

J’espère pouvoir bien représenter mon pays d’origine lors de ces championnats. Le va’a n’est pas encore connu en Autriche. J’espère que ma participation à cet évènement va permettre de promouvoir ce sport chez moi. Je pense que c’est un beau sport et l’Autriche a tout pour l’héberger. Il y a de beaux et grands lacs en Autriche favorables à la pratique du Va’a.