Reprise du Va’a pour la Frat’

HANDISPORT – Les membres de l’association Fraternité Chrétienne ont bénéficié ce matin d’une session Va’a dans le cadre du programme solidaire Va’a no te Ora.

Après la relance du programme Va’a no te Ora pour les personnes issues des quartiers prioritaires de Pirae, c’est au tour des para-sportifs de profiter des sessions va’a mises en place par le Comité Organisateur Local (COL).

En effet, après un lancement amorcé à l’occasion des 1ers Championnats du Monde de Va’a Marathon, les activités hebdomadaires para va’a ont repris dans le cadre des 18 ème championnats du monde de Va’a Vitesse. L’insertion de ce public prend toute son ampleur avec l’inscription du va’a aux jeux paralympiques de Tokyo en 2020. La Polynésie a tout pour devenir un vivier de médailles !

Ainsi, tous les matins de lundi à vendredi, le COL accueille au Fare Va’a de Pirae les associations de para-athlètes. Les participants peuvent ainsi profiter des V6 officiels des championnats du monde mais également d’un dispositif de sécurité adapté : gilets, bateau suiveur, rescue slide…

Aujourd’hui, c’est l’association Fraternité Chrétienne, adeptes de va’a qui est venue participer à cette session Va’a. Tua, éducateur spécialisé est aussi le référent handisport de l’association. Il s’est déplacé avec 5 jeunes, tous porteurs de handicaps moteurs, impatients de remettre dans le bain. 

 

« Petite reprise aujourd’hui, cela permet de reprendre les bases. Ce n’est pas une première pour nous, puisque l’équipe est la même que l’année dernière. On a tout de même perdu les acquis qu’on a pu obtenir lors des dernières séances, mais ça va revenir petit à petit ! »

 

 

 

 

 

 

Pour Bernadette, la pratique sportive est avant tout une nécessité :

 

«  Faire du sport, c’est un besoin ! Cela me permet de gagner en autonomie. Mais c’est aussi un plaisir. J’aime beaucoup ramer par exemple. Aujourd’hui, cela n’a pas été facile, je n’ai pas ramé depuis les derniers Championnats du Monde ou nous avons eu la chance de participer à une course d’exhibition. La coordination est difficile à assimiler pour moi, mais je pense que je ne suis pas la seule. On a tous un peu de mal pour cette reprise mais on essaie quand même de suivre. On va venir ramer tous les vendredi avec mes camarades donc ça ira mieux au fil des séances. »